DECLARATION DU DISPENSAIRE SOCIAL DE THESSALONIKI

Publié: avril 9, 2013 dans Communiqués -Déclarations

POUR LA CREATION D’UN DISPENSAIRE SOCIAL SOLIDAIRE A SALONIQUE

Nous vivons dans une période où le chômage et la pauvreté augmentent rapidement, laissant des milliers d’êtres humains en marge de la société, en raison de la crise économique provoquée par les capitalistes, qui tentent par tous les moyens de la faire payer au monde du travail.

De plus, dans le cadre de la mise en œuvre d’une politique fiscale austéritaire et de la marchandisation de la santé, les dépenses publiques sont dramatiquement réduites dans le secteur vital de la santé et de la sécurité sociale. L’Etat cesse d’assumer sa responsabilité élémentaire, qui est de couvrir les besoins de base des habitants du pays. Dans un entretien récent, le président de l’Ecole nationale de la Santé publique a reconnu que le pourcentage de la population de notre pays privé d’accès à l’ESY (Système national de Santé) s’élevait à 20%, notamment à la suite de l’instauration d’une contribution financière des patients. Avec l’institution d’un ticket de cinq euros pour l’admission aux consultations, aux soins externes et aux analyses médicales, même pour les personnes non couvertes par l’assurance maladie, ainsi que d’autres dépenses à la charge des patients à des taux divers, y compris pour ceux qui disposent d’une couverture d’assurance maladie, le droit à la santé gratuite a été aboli dans les faits. Pour les pauvres, les chômeurs et les personnes atteintes de maladies graves et chroniques, cette abolition signifie la marchandisation de la santé, l’exclusion sociale radicale, une détérioration dramatique de leur état de santé, la misère absolue et une mort prématurée. Ce contrat social est injuste et contraire à toutes les valeurs humaines. Il s’agit d’une véritable barbarie.

Nous sommes regroupés, en tant que travailleurs de la santé, à l’occasion de la surveillance de l’état de santé et du soutien médical des 50 immigrés grévistes de la faim à la Bourse du Travail de Salonique. Solidaires de leur lutte pour des droits intégraux et égaux à ceux des travailleurs locaux, nous avons éprouvé concrètement l’importance et l’efficacité de la solidarité dans un secteur aussi essentiel pour le quotidien des personnes que la santé et la sécurité sociale. Ces dernières années, nous avons constaté que la mise en question du droit à la santé gratuite et de qualité commençait par les immigrés et les réfugiés, pour passer petit à petit aux citoyens grecs. Nous sommes déterminés à défendre ce droit en participant à la lutte politique et sociale pour la construction d’un système réellement public, gratuit et universel, mais aussi en faisant fonctionner un dispensaire de solidarité sociale, muni d’une pharmacie, dans notre ville. Un dispensaire qui offrira de manière constante, sans aucune charge financière pour les usagers, des services de santé de premier niveau et des médicaments à toutes les personnes non couvertes par l’assurance maladie et à tous les exclus, grecs et étrangers, tout en faisant pression sur l’Etat pour qu’il assure les services de santé de deuxième et troisième niveaux, hospitalisation et réhabilitation.

  • N’ayant ni l’intention ni la capacité de remplacer l’Etat, qui  a cessé d’assumer la responsabilité d’assurer la santé des habitants de son territoire, et étant pleinement conscients des limites objectives de la solidarité dans le secteur de la santé, mais convaincus que la solidarité et la défense des droits exige non seulement des déclarations, mais des actions concrètes ;
  • avec la conviction inébranlable que les initiatives et les réseaux de solidarité pour les exclus dans tous les domaines sont aujourd’hui essentiels pour la préservation de notre humanité et de la cohésion sociale, mais surtout pour la refondation de relations et de comportements qui reconstruisent la collectivité et s’opposent dans la pratique à l’individualisme et l’exploitation de l’homme par l’homme ;
  • nous inspirant d’initiatives similaires menées dans d’autres villes de Grèce et ayant, pour certains d’entre nous, acquis de l’expérience au sein de mouvements de solidarité dans le secteur des services de santé de premier niveau ;
  • conscients par avance de la difficulté de la tâche à réaliser, du fait des besoins énormes qui sont apparus et des problèmes techniques et administratifs auxquels se heurteront nos efforts pour répondre à la demande croissante de services de santé gratuits,

nous nous adressons à toutes les institutions sociales et culturelles et aux syndicats de Salonique, ainsi qu’aux conseils municipaux et aux autorités élues de la ville, en leur demandant un soutien moral et matériel pour le fonctionnement d’un dispensaire qui offrira des services de santé de premier niveau et des médicaments gratuits et où les travailleurs de la santé ne monnaieront pas leur solidarité et leur participation à l’action collective à tous les niveaux de la vie sociale. Ce soutien matériel constituerait en une contribution financière, à verser en une fois ou chaque année, afin de couvrir le loyer et les charges des locaux nécessaires, l’équipement médical et les consommables, les frais d’impression des documents  d’information, les fournitures de bureau et les frais divers (électricité, communications téléphoniques, etc.).

Nous nous mettons au service des besoins individuels et collectifs de santé et du mouvement social :

  • en soulignant l’impact tragique des déficits sur l’état de santé des personnes privées de couverture d’assurance maladie et des exclus du système national de santé ;
  • en nous associant aux dynamiques de solidarité et d’autogestion ;
  • en assumant le risque de voir qualifier notre initiative de bénévolat et d’action caritative.

L’initiative des travailleurs de la santé solidaires dans notre ville estime que le fonctionnement d’un dispensaire social est nécessaire pour les personnes dépourvues d’assurance maladie et invite tous les travailleurs de la santé de la ville à soutenir cet effort par leur présence et leur participation.

INITIATIVE DES TRAVAILLEURS DE LA SANTE POUR LE FONCTIONNEMENT D’UN DISPENSAIRE ET D’UNE PHARMACIE DE SOLIDARITE SOCIALE A SALONIQUE

=================================================================

Les commentaires sont fermés.