Le cauchemar grec n’est pas exotique

Publié: juin 25, 2013 dans Articles / Press / Grèce

source

Un combat pour la santé, pour la démocratie, contre le capitalisme

La situation en Grèce est catastrophique . Cette catastrophe s’est considérablemet aggravée depuis 2009, depuis que la Troïka a imposé au gouvernement grec une cure d’austérité sans précédant, comme Emmanouel Kosadinos nous l’a précisément démontré le 18 juin à Poitiers lors de la soirée organisée par le « collectif 86 pour un audit citoyen de la dette publique », soutenu par le « Syndicat de la Médecine Générale » et « l’Union Syndicale de la Psychiatrie ».

Télécharger la présentation de la soirée ici

Cette politique d’austérité extrême a fait exploser le chômage, s’écrouler les revenus de la population. Avec des conséquences sanitaires touchant adultes et enfants.

Cette situation de  catastrophe sanitaire
a des responsables politiques:

le gouvernement grec, l’Union européenne, la Banque européenne, le FMI (Fond Monétaire International). Soit les institutions vouées corps et âme au développement du capitalisme, capitalisme dans sa phase néolibérale. Comme  ce fut le cas en Amérique latine et en Afrique (voir les analyses du CADTM, Collectif pour l’annulation de la dette du Tiers monde), le FMI et ses collaborateurs, locaux et autres, sont ici aussi d’un dogmatisme impitoyable.

L’offensive néolibérale mondiale pour briser les mouvements sociaux, démanteler l’Etat social (ou État providence), privatiser en vendant à bas prix les biens collectifs a commencé au Chili avec le Coup d’Etat de Pinochet et l’écrasement de l’Unité populaire, qui fut suivie de la mise en place d’un programme néolibéral dévastateur pour les couches populaires. Pour qui voulait savoir, le néolibéralisme est un ennemi de la démocratie. Cela se vérifie à nouveau pour le grand malheur du peuple grec. Les critères de santé, de vie décente, de revenus suffisants sont balayés par les idéologues gris de la Troïka.

Capitalisme et liberté

C’est le capitalisme moderne qui se montre ainsi ennemi de nos libertés. Tant son projet économique est de nature totalitaire (ne souffrant aucune contradiction, considérant comme feue Thatcher qu’il n’ y a pas d’alternative à celui-ci-TINA), l’imposer impose le développement de l’appareil répressif, de milices privées, d’armées privées. Tant ils savent qu’obtenir une soumission consentante du peuple est hasardeux malgré la puissance des médias qu’ils utilisent. En Grèce, la fermeture de télévisions publiques d’une heure à l’autre est un véritable nouveau Coup d’Etat, qui n’a rien d’une bavure. Une censure exercée par l’Etat sous contrôle du capitalisme mondial.  Seul le profit, ici comme dans les autres domaines, doit guider les choix politiques selon ces décideurs au service des capitalistes. En Grèce, le développement du groupe Aube dorée, groupe de néo-nazis, prospère avec la tendresse de l’appareil de répression officiel, terrorisant les immigrés et les militants dans des quartiers qu’il en vient à contrôler. Ce groupe  suit ostensiblement le  modèle des SA du parti nazi des années 30. La lutte pour la dignité, pour la santé de tous, est devenue une lutte indissociable de celle pour les libertés, pour la démocratie. Et c’est au capitalisme comme système économique et social qu’on en vient alors à s’affronter. La Grèce, c’est ce  ce pays qui fut le berceau d’une première forme de démocratie, qui a lutté contre l’occupant ottoman au 19ème siècle, qui mena une lutte héroïque contre l’occupant fasciste durant la Seconde guerre mondiale, qui vit ensuite sa résistance communiste écrasée par les troupes occidentales avec l’indifférence criminelle de Staline, qui renversa la dictature des Colonels qui l’asservit dans les années 60. Et des petits marquis aux âmes mortes osent mépriser ce peuple et justifier la façon dont ils l’affament! Le peuple grec parle de la tutelle de la Troïka comme d’une occupation avec ses collaborateurs. La comparaison ainsi située est tout à fait pertinente.

Aujourd’hui la Grèce, demain la France?

L’appauvrissement d’une majorité de la population au profit d’une minorité de capitalistes, le renoncement aux soins de plus en plus fréquent, un essor de l’esclavage sexuel aux mains de mafieux qui s’engagent dans la carrière capitaliste, le nombre de sans-abri croissant: les points communs entre la situation de ces deux pays peuvent se multiplier, même si l’aggravation de la situation en France est encore loin du drame vécu en Grèce. Dans les deux pays, les partis socialistes au pouvoir ont une politique servile à l’égard des capitalistes, en continuité avec celle de la droite,  ce qui fait le lit de l’ extrême-droite. Sachant que la politique néolibérale de concentration des richesses entre les mains d’une minorité ne connait pas de pause, que l’offensive néolibérale mondiale ne connait pas de répit, les plans de licenciements à venir sont annoncés comme encore pires que ceux connus jusqu’à présent. Le pire est à venir pour la majorité de la population en France, si le mouvement social ne parvient pas à mettre en échec les projets des néolibéraux de droite et de gauche. Ce qui se passe en Grèce nous concerne donc non seulement parce que ce peuple nous est proche, non seulement parce qu’un peuple d’Europe mérite la solidarité des autres peuples d’Europe (c’est le minimum pour des internationalistes), mais aussi parce que rien ne permet d’affirmer que ce que subit la Grèce sera épargné aux autres peuples de la « zone euro ». Pascal Boissel

Références et précisions:

1. Jacques Arfeuillère a fait un excellent compte-rendu de la soirée organisée par le « Collectif 86 pour un audit citoyen de la dette publique », avec Emmanouel Kosadinos, dans le numéro de juin 2013 du journal du Parti de Gauche de la Vienne, « Le peuple citoyen », en page 7). Télécharger « JOURNAL le peuple n°29 ici

2. A propos de l’usage intentionnel de la brutalité par le capitalisme mondial, on pourra lire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Naomi_Klein#La_strat.C3.A9gie_du_choc

3. Le blog du » Collectif Solidarité France Grèce pour la santé » (national) est: https://solidaritefrancogrecque.wordpress.com/

4. Sur d’autres expériences autogestionnaires actuelles en Grèce: http://www.autogestion.asso.fr/?p=3212#more-3212

5. Le blog du collectif solidarité France Grèce pour la santé (national) est: https://solidaritefrancogrecque.wordpress.com/

Les commentaires sont fermés.