Archives de la catégorie ‘Articles / Press / Grèce’

source

par El País

Des vêtements couverts de neige sur une barrière d’un camp de réfugiés, dans le nord d’Athènes, le 10 janvier 2017. PHOTO REUTERS / Yannis Behrakis

Alors qu’une nouvelle vague de froid frappe l’Europe, El País s’indigne du sort des migrants et dénonce la “misère morale” de l’UE.

“L’image de la tragédie des réfugiés a changé le bleu presque noir des eaux qui engloutissent les naufragés pour le blanc glacial qui fouette l’Europe”alerte le quotidien El País, qui évoque les images de “tentes ensevelies sous la neige” et “de corps couverts par une couche de gel”. Personne ne fait le bilan de ces migrants retrouvés congelés aux frontières de l’Europe. Or ceux qui meurent de froid dans les camps “sont beaucoup plus nombreux que ce qu’indiquent les statistiques”, ajoute le quotidien espagnol. (suite…)

source / 25 janvier, par cgsp acod

krasnyi collectif

Depuis plusieurs mois, la CGSP-ALR Bruxelles, l’Initiative de solidarité avec la Grèce qui résiste, le CADTM avec le soutien des « Supporters and Friends of Elliniko », organisent une campagne de solidarité avec les dispensaires sociaux grecs. Ceux-ci jouent, en effet, un rôle vital dans la situation de crise sanitaire sans précédent que traverse la Grèce. En effet, avec 42,3% des Grecs vivant en 2012 sous le seuil officiel de pauvreté de 2009 |1| et un énorme pourcentage de la population en situation de privation matérielle |2|, il y a plus de 2.5 millions des gens qui n’ont aucune assurance maladie. (suite…)

source

L’Unicef alerte sur le sort de plus de 23 000 enfants migrants dans ces régions, qui risquent des infections respiratoires à cause du froid et de leurs conditions d’hébergement.
11662420
Une distribution alimentaire lors de chutes de neige, près de Belgrade (Serbie), le 18 janvier 2017.  (KONSTANTINOS TSAKALIDIS / SOOC / AFP)

En Grèce et dans les Balkans, plus de 23 000 enfants migrants, confrontés à une vague de froid, risquent des infections respiratoires, « voire la mort par hypothermie », met en garde vendredi le Fonds de l’ONU pour l’enfance (Unicef).

« Sans aucun signe d’accalmie des conditions météo extrêmes et des tempêtes qui balayent le centre, l’est et le sud de l’Europe, les enfants réfugiés et migrants risquent des infections respiratoires et autres maladies graves – voire la mort par hypothermie », affirme l’Unicef dans un communiqué.

(suite…)

source

par  Rachel Knaebel

 

arton5878.jpgAlors que l’extrême-droite, les conservateurs et l’égoïsme ont le vent en poupe, il n’est pas facile d’imaginer une politique migratoire accueillante, débarrassée des fantasmes d’invasion et de l’obsession du repli. Pourtant, de la France à la Grèce, de l’Allemagne à l’Italie, des communes, des élus, des associations, ou même de simples citoyens n’ont pas renoncé et esquissent des solutions pour mettre en œuvre une autre politique migratoire, fondée sur la solidarité et le respect. Utilisation des fonds européens, nouvelle répartition des demandeurs d’asile, visas humanitaires ou droit à la migration économique, Basta !fait le tour des idées qui envisagent l’Europe autrement qu’entourée d’un mur de fils barbelés.
(suite…)

source

(suite…)

source

par Manolis Kosadinos 

NON aux mémorandums, à l’austérité et au déni des droits, pour que vive et s’étende le soin psychique

« Sans la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, c’est l’homme même qui disparaît » François Tosquelles

La phrase du psychiatre catalan, et combattant antifasciste du POUM, est de pleine actualité dans la mesure où le capitalisme vieillissant révèle son véritable aspect, le plus repoussant : celui qui valide seulement la valeur marchande et accorde reconnaissance à l’humain seulement lorsqu’il est producteur de marchandises. (suite…)

source

Le régime d’austérité que subit la Grèce a précipité le pays dans une crise sanitaire. Près d’un tiers de la population ne peut plus se soigner et le système de santé est à la dérive. L’auteure de cette tribune raconte comment des dispensaires sociaux et solidaires se sont multipliés comme autant de résistances à cette situation.

source

20 octobre 2016 : reportage en direct de l’action menée au tribunal de Thessalonique pour l’annulation de la liquidation de VIOME

viome-plasticobilismAlors que se prépare intensément la seconde rencontre euroméditerranéenne « l’économie des travailleurs » – qui aura lieu dans l’usine de VIOME du 28 au 30 octobre avec plus de 200 participants internationaux – l’État et le système judiciaire tentent à nouveau de vendre les locaux de VIOME. C’est la répétition d’une mise aux enchères qui a été reportée sine die en décembre, un événement exceptionnel pour le système judiciaire grec. Cette action de solidarité avec les travailleurs de VIOME a eu lieu pour s’assurer que la mise aux enchères ne se réalise pas. (suite…)

RÉFUGIÉS…

LA SOLIDARITÉ EST NOTRE LANGUE COMMUNE

en grec en bas

Emmy Koutsopoulou

eirini_stavrakopoulou85Emmy Koutsopoulou est médecin psychiâtre et travaille comme volontaire au dispensaire social et à la pharmacie autogérés de Néa Philadelphia, ainsi que dans l’équipe de santé du centre d’accueil des réfugiés du City Plaza, un hôtel désaffecté du centre d’Athènes. Elle a rendu compte de son expérience à l’invitation du Collectif de soutien au peuple grec de l’Aube, lors de la Fête de l’Humanité de septembre 2016, dans le stand du PCF de ce département qui proposait aussi une exposition de photos-portraits de ces réfugiés. Ces photos sont sur le site du collectif et sont utilisables par qui le veut, à condition que ce ne soit pas à des fins commerciales. Un livre et une vidéo sont en cours de préparation. On peut consulter les documents sur le centre et suivre l’évolution du projet à l’adresse http://grece-aube.fr/category/le-city-plaza/.
(suite…)

en grec en bas, traduction Sylvie Hérold

Par Theodoros Megaloïkonomou (psychiatre, bénévole des DPSS de Ilion et de Patissia-Acharnon – region d’Attique, équipe de Santé de l’occupation City Plaza, Grèce) 

eirini_stavrakopoulou

©tous droits réservés

Alors même que les vagues de réfugiés/migrants – et donc les centaines et les milliers de noyades de réfugiés et de migrants, crime dont sont directement responsables les pouvoirs et gouvernements impliqués (y compris le gouvernement grec), qui ferment les frontières et érigent des barrières – semblent se déplacer à nouveau, provisoirement, et tout au moins sur les «  images télé », de la mer Egée vers la Méditerranée ; et dans le cadre du fragile accord UE-Turquie, le gouvernement Syriza-ANEL entreprend (sous la menace permanente de voir s’effondrer l’accord) de « gérer » les réfugiés bloqués dans le pays, soit plus de soixante mille personnes d’Idomeni au Pirée et à Helliniko, par des arrangements divers – mais revêtant toujours, quoi qu’il en soit, des formes violentes dans leur essence, allant dans le sens de l’internement en camp, soit dans des tentes, soit dans des « maisonnettes » (des conteneurs…). Avec des conditions de vie toujours lamentables à des degrés divers.

(suite…)


%d blogueurs aiment cette page :