Mobilisation européenne des patients, des citoyens et des travailleurs de la Santé

Publié: octobre 30, 2016 dans Articles / Press / Grèce

source

par Manolis Kosadinos 

NON aux mémorandums, à l’austérité et au déni des droits, pour que vive et s’étende le soin psychique

« Sans la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, c’est l’homme même qui disparaît » François Tosquelles

La phrase du psychiatre catalan, et combattant antifasciste du POUM, est de pleine actualité dans la mesure où le capitalisme vieillissant révèle son véritable aspect, le plus repoussant : celui qui valide seulement la valeur marchande et accorde reconnaissance à l’humain seulement lorsqu’il est producteur de marchandises.Suite à l’imposition des mémorandums d’austérité dans les pays périphériques d’Europe et des super-mémorandums des traités européens dans les autres pays, les marges pour la mise en œuvre  d’un soin psychique humaniste se rétrécissent énormément.

Le soin psychique intégré dans la communauté, une conquête obtenue par les luttes de plusieurs années, concerne nos semblables humains, en souffrance car non synchrones au pacemaker de la production et de la régulation sociale. En lieu et place d’un tel projet humaniste s’installe de manière accélérée  une prise en charge, technocratique, des comportements humains par des protocoles expéditifs se défiant de l’humanisme et s’appuyant essentiellement sur des moyens techniques, notamment pharmaceutiques. Ces pratiques-là, grandes pourvoyeuses de profits pour les compagnies capitalistes, dévalorisent le travail, le savoir-faire et les compétences des travailleurs de la Santé, dans le cadre d’une pérennisation de l’austérité sous un habit institutionnel.

Depuis déjà la fin des années 1990 on observe dans toute l’Europe une régression qui oriente progressivement le système de soins psychiatriques vers la gestion d’une dangerosité supposée et vers la recherche d’une productivité illusoire. Le « Mental Health Act » anglais de 2007 et la loi Sarkozy, du 5 juillet 2011 en France, sont des étapes de cette course vers le bas.

L’autoritarisme d’Etat s’étend dans tout l’espace public et à niveau européen. Cette tendance s’exprime de nos jours aussi bien par le traitement infligé aux réfugiés que par la violence policière croissante en Grèce, en France et ailleurs.

En Grèce, la réforme psychiatrique s’est arrêtée avant même avoir vraiment commencé. Les mémorandums de la Troïka, par la fermeture imposée des hôpitaux psychiatriques sous prétexte d’une « désinstitutionalisation » fallacieuse et sans création parallèle de structures dans la communauté, privent des milliers de patients de la possibilité de survivre en dignité et imposent aux travailleurs de la Santé des conditions de travail nuisibles à leur fonction et contraires à leur savoir-faire. Les droits fondamentaux des patients et des travailleurs sont brutalement bafoués.

Les hospitalisations sous contrainte ont augmenté en Grèce de manière verticale depuis le moment d’application des mémorandums. La contention par sangles, en aussi grande augmentation, est l’ultime intrusion destituant le patient mais aussi le thérapeute de leurs statuts.

Seule l’orientation du soin psychique par et vers une société de citoyens politiquement actifs peut garantir l’instauration de pratiques thérapeutiques humanistes et l’accès universel à celles-ci. Les dispensaires sociaux solidaires autogérés grecs sont des acteurs qui incarnent ce désir d’orientation démocratique du système de Santé. Les luttes des travailleurs de la Santé et de tous les citoyens mobilisés peuvent repousser l’accomplissement du désastre infligé par les mémorandums et garder vivant l’espoir pour la survie et le développement du soin psychique.

Le « Réseau européen pour un soin psychique démocratique » s’est annoncé en France par des citoyens et des professionnels issus de différents collectifs avec l’objectif de confronter ces questions à un niveau international. Le texte initial de ralliement du Réseau se trouve sous forme de pétition sur Internet sur la page : http://reseau-sante-mentale-democratique-france.wesign.it/fr

Un groupe de personnes émanant de ce Réseau visitera le jeudi 10 novembre des structures autogérées. Le vendredi 11 novembre il visitera l’Hôpital Psychiatrique d’Athènes, à Dafni où aura lieu à 12h30 une réunion commune avec les travailleurs et avec des collectifs militants. L’après-midi du même jour il a l’intention de visiter le Centre de Skaramanga. Le samedi 12 novembre il participera, en commun avec des volontaires de dispensaires sociaux, à l’organisation d’une Journée avec pour thème « Soin psychique solidaire, un pont vers la société », dans l’espace de l’Assemblée Populaire de Néa Philadelphia – Néa Chalkidona de 9h30 à 17h00.

* Manolis Kosadinos  est militant d’Unité Populaire Paris, du Collectif «Solidarité France Grèce pour la Santé» et membre du CN de l’Union Syndicale de la Psychiatrie

Article paru le 26/10/16 en grec dans le numéro 370 de « Gauche Ouvrière – Ergatiki Aristera », bimensuel militant grec consultable sur le lien : https://issuu.com/dea.org.gr/docs/binder370/20?e=3868183/40006685)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :